Les garçons et les filles sont belles


Depuis quelques temps, on voit des textes officiels se féminiser; utilisation de nom de métier féminisé (un auteur, une auteure) mais aussi une attention particulière à écrire les formules sous les deux genres: "Bienvenue à toutes et tous, que chacun-e s'assoye et prenne un bon cacolac bien frais".

Hormis la  faute de gôut (cacolac), ce qui choque le plus souvent certain-es c'est le "chacun-e" et non le "s'assoye" (je vous laisse chercher la conjugaison). On entend : il faut respecter la langue française, le masculin l'emporte sur le féminin, c'est comme ça....

Pourquoi c'est comme ça et pourquoi pas autrement ?

Je vous laisse découvrir ce court-métrage réalisé par des chercheuses (chercheures ?) en sciences de l'éducation dans le cadre du festival sciences en cour(t)s de Rennes.

Les demandes récentes ne cherchent donc pas à féminiser la langue mais plutôt à la démasculiniser !


et pour aller plus loin



Commentaires

Les plus consultés